Ovnis : quand l’armée enquête

Le film de Patrice de Mazery et Michel Despratx a été diffusé le lundi 17 mars 2008, accompagné de ce commentaire : "Le sujet fait sourire ? Il est pourtant des plus sérieux. L'intérêt de l'armée pour ces phénomènes aérospatiaux non identifiés en est la preuve. C'est pourquoi CANAL+ a réuni deux journalistes d'investigation d'envergure, qui ont effectué un travail doublement rigoureux compte tenu des enjeux."

Une plus grande capacité de stockage permet maintenant de l'héberger sur le serveur avec une bien meilleure qualité.

Jacques Patenet, responsable du GEIPAN, situe à 28% la proportion des phénomènes inexpliqués.

Le Contrôleur aérien Marc Angee commente le rapport du Commandant Ray Brower, qui a observé un objet de 1 mile de long au-dessus de Jersey en avril 2007.

Jack Krine (photo), ancien de la Patrouille de France, raconte qu’à l’époque où il était pilote de chasse, il a observé le 23 septembre 1975 un engin doté d’un habitacle avec des hublots, d’où émanait une intense lumière rayonnant de l’intérieur. Lui-même et le pilote d’un autre avion à ses côté, ont observé l’objet disparaitre quasi instantanément.

Le Commandant Santa-Maria Huertas, des forces armées péruviennes, se souvient d'avoir tiré 64 obus contre un objet en 1980. il affirme l'avoir approché et observé sa structure métallique à 19.000 mètres d'altitude.

Un professeur norvégien expose comment fonctionnent les postes d'observations installés par les autorités locales à Hessdalen, où une vingtaine de rapports de manifestations d'Ovnis sont enregistrés chaque année.

François Louange examine une diapositive du Petit-Rechain, qui fait partie de la Vague belge de 1990, dont le contraste met en évidence une forme triangulaire.

Charles Halt et Jim Penniston racontent à nouveau l'incident de Rendlesham, avec le renfort de Nick Pope, témoignant des réticences du Ministère de la Défense britannique à communiquer.

L'américain Peter Gersten explique comment il a contraint la NSA à livrer une partie de ses documents classifiés, apportant la preuve que le sujet intéresse la Sécurité Nationale américaine, malgré les démentis de l'Air Force de s'intéresser au phénomène.

Richard Haines, ancien haut-responsable de la NASA, enquête auprès des pilotes civils et constate qu'un nombre important d'entre eux ont observé des phénomènes inexpliqués. Il regrette que les pilotes militaires aient constamment peur de témoigner.

Le Général Denys Letty vient réaffirmer face caméra les conclusions du Rapport Cometa : "L'hypothèse d'engins pilotés par une intelligence est privilégiée par notre rapport. La moins mauvaise et la meilleure explication, c'est celle d'engins qui viennent de l'espace."

L'ancien Gouverneur de l'Arizona, Fife Symington, présente ses excuses d'avoir tourné en dérision les Lumières de Phoenix, en 1997, et livre cette perle : "A l'époque, j'étais un homme politique, je devais surveiller mes propos. Aujourd'hui je suis redevenu un citoyen, je dois être honnète envers le public."

Compléments & Commentaires