Entretien Joël Mesnard & Jean-Gabriel Greslé

Rencontres ufologiques de châlons-en-Champagne,

15 Octobre 2005

ALEXANDRE – Radio Ici & Maintenant! 95.2, en direct des premières Rencontres ufologiques
européennes de Châlons-en-Champagne. Nous avons décidé pour cette émission, où j’interviendrai vraiment très peu, de recevoir deux noms dans le domaine de l’ufologie, même si leur modestie leur ferait dire le contraire : nous sommes en compagnie du commandant de bord Jean-Gabriel Greslé et de Joël Mesnard, éditeur de la revue Lumières dans la nuit. Il sont avec nous pour parler de l’ufologie aujourd’hui, de la manière dont ils la voient, peut-être aussi à travers le Festival, à travers ces rencontres de Châlons, bref une discussion entre deux personnes connaissant bien le sujet pour que vous-mêmes vous sachiez ce qui se passe ici quand on se rencontre dans un couloir et quand on se retrouve embarqué pendant trois heures à discuter à bâtons rompus et en oubliant des rendez-vous.
Je vais donc vous demander de vous présenter. Commandant Greslé ?

JEAN-GABRIEL GRESLÉ – Eh bien, je suis quelqu'un qui a pratiquement passé sa vie dans l’aéronautique puisque j’ai signé mon contrat dans l’Armée de l’air, j’avais dix-huit ans et demi, et j’ai ensuite piloté pendant une quarantaine d’années. J’ai 16.500 heures de vol et ma grande fierté c’est, après avoir été commandant de bord pendant vingt ans à la compagnie Air France, eh bien, d’être là entier et de ne jamais, généralement, avoir laissé des passagers mécontents derrière moi !

ALEXANDRE – Et vous allez aussi nous raconter différentes expériences qui vous sont arrivées lorsque vous étiez commandant de bord.

J.-G. GRESLÉ – Pas particulièrement. Je vous avoue que, ces expériences, je ne les nie pas, loin de là, mais ce qui m’intéresse le plus, c’est d’établir une base concrète, solide et sérieuse, à un sujet que je considère comme très important, et qui pour l’instant a trop souvent été… je ne sais si « vilipendé » est exactement le mot que je cherche, mais enfin en tout cas très mal abordé.

ALEXANDRE – Une dernière chose concernant les avions : est-ce que les pilotes de ligne, actuellement, sont plus ouverts aux phénomènes inexpliqués en plein ciel qu’il y a une dizaine ou une vingtaine d’années ?

J.-G. GRESLÉ – Alors je l’espère parce que, en partie grâce à Jean-Jacques Velasco qui je crois a mis au point ou est en train de mettre au point une procédure beaucoup plus directe de rapport de commandant de bord que le rapport habituel – parce que le rapport habituel d’un commandant de bord est lu par au moins sept services à l’intérieur de la compagnie, et naturellement tout le monde sera au courant –, tandis que là je pense qu’on est en train de mettre au point une forme beaucoup plus directe et beaucoup plus discrète de rapports de commandant de bord qui iront directement au SEPRA, au sein du CNES.

ALEXANDRE – Je me tourne vers Joël Mesnard. Lumières dans la nuit...

J. MESNARD – Lumières dans la nuit depuis dix-sept ans, un peu plus de dix-sept ans maintenant.

ALEXANDRE – Le nombre d’années sans vacances, donc.

J. MESNARD – Dix-sept ans sans un jour de vacances, oui, c’est vrai !

ALEXANDRE – Ha ! ha ! ha ! Une véritable passion, et c’est pour ça que je vous ai réunis tous les deux et je vais vous laisser la parole, tout simplement, vous laisser débuter cette conversation.

J.-G. GRESLÉ – Eh bien, c’est particulièrement gentil, mais je dois dire tout le plaisir que j’ai de te voir, Joël, et de te revoir après plusieurs années de séparation physique. - Suite de l'entretien en Pdf

Toutes les émissions en audio sur RimCast.